• Klein de Olivia Grandville
  • Klein de Olivia Grandville

Klein

Création 2 & 3 octobre 2020
le lieu unique, centre de culture contemporaine de Nantes

Artiste visionnaire de la deuxième partie du 20e siècle, Yves Klein nous fait rentrer dans l’ère de l’espace et de l’immatériel. De ce point de vue, il est un précurseur. « Le saut dans le vide », est la photo mère de toutes les performances ultérieures, c’est la matrice de l’art conceptuel, du moins dans la France d’après-guerre.


Également auteur Des fondements du Judo, un manuel d’une précision maniaque qui fait encore aujourd’hui autorité, Klein est simultanément artiste conceptuel et grand maitre de Judo ! La rareté de cette double compétence en même temps que sa cohérence avec l’oeuvre de l’artiste mérite d’être soulignée ! On connaît donc Yves Klein pour son célèbre bleu, moins pour sa maîtrise de l’art du judo, qu’il considérait comme sa première expérience d’un espace spirituel.
Cet espace, il le déploie notamment dans la conférence mythique enregistrée à la Sorbonne en 1959 avec l’architecte Werner Ruhnau. Eclairante, drôle et parfois délirante, la conférence développe le concept d’immatérialité de l’art en opposition au matérialisme ambiant. Elle y présente un espace sensible à habiter et investir plutôt qu’un espace à occuper « en touristes ». Yves Klein pousse sa démonstration jusqu’à proposer une école de la sensibilité dont il présente l’organigramme, le calendrier, le budget…


Pour Olivia Grandville, le texte de cette conférence offre une suite évidente au travail qu’elle a mené sur le Lettrisme – Le Cabaret discrépant - ou sur le poète Schwitters – Le K de E ; Beaucoup de colle préconise Kurt Schwitters. Attentive aux rendez-vous historiques de l’art où le geste s’articule à la parole, où le verbe se fait performatif, elle rattache ici le discours programmatique et poétique de l’artiste au maître expert en arts martiaux.


Yves Klein se réincarne par la voix du comédien Manuel Vallade, illuminée par la musique stratosphérique de Benoit de Villeneuve et rythmée par les évolutions graphiques et brutalement sonore des deux judokas nantais Emmanuel Gourmelin et Dominique Dijol.

 

La presse en parle

"Au fur et à mesure que la conférence se déroule, on comprend qu’Olivia Grandville se questionne sur l’immatérialité de la danse. Ce qui est sûr, c’est que cette pièce, comme les précédentes, allie humour, élégance et intelligence." Amélie Blaustein Niddam, Toute la Culture

"Klein, d’après la conférence d’Yves Klein à la Sorbonne, conception d’Olivia Grandville", Théâtre du blog

distribution

Conception : Olivia Grandville
Texte : Conférence à la Sorbonne, Yves Klein ; extraits de Quelques nuances de Klein, Teodoro Gilabert.
Musique (live) : Benoît de Villeneuve
Interprètes : Manuel Vallade, avec la participation d’Olivia Grandville et Benoît de Villeneuve
Judokas : Emmanuel Gourmelin et Dominique Dijol
Lumière (pour la version plateau) : Fabrice Le Fur

Remerciements : Ludovic Empis, Emmanuel Monnaux, la Maison des arts martiaux de Nantes.
Avec l’aimable autorisation des Archives Yves Klein ; les extraits de texte attribués à Iris Clert sont tirés de l’ouvrage de Teodoro Gilabert, Quelques nuances de Klein, édité par les éditions Invenit, à Lille en 2020. ©Teodoro Gilabert et éditions Invenit.

Avec le soutien de la Fondation d’entreprise Hermès dans le cadre du programme New Settings

 

Production : Mille Plateaux, CCN La Rochelle

Co-production : Le Lieu unique, centre de culture contemporaine de Nantes.
Avec l’aide du dispositif «Un été culturel» du Ministère de la Culture/ DRAC des Pays de la Loire.