logo-mille-plateaux

Ivana Müller

du 9 au 13/05
Sens interdit

Slowly, slowly… until the sun comes up
d’Ivana Müller
en résidence du 9 au 13 mai à la chapelle Fromentin.

travaux publics : jeudi 12 mai à 18h30 — chapelle Fromentin
entrée libre

Comme l’espace du théâtre, l’espace des rêves est à la fois imaginaire et extrêmement physique. Dans nos rêves, comme au théâtre, nous sommes capables de voler, de franchir des montagnes, de transpercer les murs, de transformer les corps, de changer de genre, d’espaces, de temporalité.
Les rêves, comme le théâtre, ou les autres arts, sont des formes d’expérimentation. Ce sont les environnements qui nous exposent aux idées et aux sensations impossibles dans le monde réel, en nous offrant de nouvelles visions du monde et de nous-mêmes. Même si elles ont des conséquences différentes sur nos vies, les expériences acquises dans les rêves et pendant certaines représentations théâtrales peuvent être aussi importantes et constitutives de la relation qu’on entretient avec soi-même et avec l’autre que les expériences éprouvées dans la « vie réelle ». Ce sont des expériences qui nous engagent dans des processus de compréhension du monde dans lequel nous vivons. Nous avons besoin de rêver pour être équilibré·e·s. Nous avons besoin d’être exposé·e·s aux expériences artistiques et de travailler nos imaginaires pour rester humains.
Une certaine forme de liberté émane des différentes conséquences d’une chute dans un rêve et d’une chute dans l’espace réel. Pourtant, certains matins, en se réveillant, nous avons tous déjà eu la bizarre sensation que notre corps n’est pas uniquement resté allongé pendant la nuit. Quelles sont les traces que les rêves laissent dans l’appréciation de notre propre corps, nos impressions kinesthésiques, ou même ses processus ? Est-il possible que nos voyages nocturnes, nos expériences pendant les rêves, influent non seulement sur notre vie mentale mais aussi sur notre vie physique ? Est-il possible que les expériences rêvées soient intégrées dans nos archives corporelles tout simplement comme des expériences de vie ?
Pourrions-nous créer des communautés en rêvant ? Pourrions-nous être politiques dans nos rêves ?
En proposant aux spectateurs une expérience, une rêverie en quelque sorte, les trois interprètes mettent en place un jeu chorégraphique performatif pendant lequel l’espace concret et l’espace imaginaire se mêlent progressivement. Tout commence comme une balade, une balade qui se transforme en un voyage collectif vers l’inconnu, une chorégraphie des regards qui construit un espace que chaque communauté de spectateurs tisse ensemble pendant la représentation ; comme un rêve collectif, fort et engagé, libéré des conséquences qui opèrent dans le monde en dehors.
À ce stade, on envisage un dispositif scénographique autonome (lumière, son, décors) qui permet de jouer cette pièce dans différents contextes : dans l’espace du théâtre classique, mais aussi dans un espace muséal, un lieu public, ou en extérieur dans des espaces naturels (forêts, champs, grottes).
Dans slowly, slowly… until the sun comes up, Ivana Müller collabore avec Julien Gallée- Ferré, Clémence Galliard et Julien Lacroix en tant qu’interprètes (avec lesquels elle travaille déjà depuis longtemps et sur plusieurs productions). Alix Boillot concevra la scénographie, Olivier Brichet des objets sonores et lumineux. Fanny Lacour sera régisseuse générale du projet.

chorégraphie, concept, texte, mise en scène : Ivana Müller

collaboration avec les interprètes : Julien Gallée-Ferré, Clémence Galliard, Julien Lacroix

scénographie : Alix Boillot

création lumière et son : Olivier Brichet

régie générale : Fanny Lacour

collaboration artistique/recherche : Sarah Van Lamsweerde & Jonas Rutgeerts

production : ORLA (Capucine Goin, François Maurisse)

diffusion : KUMQUAT|Performing Arts (Gerco de Vroeg, Laurence Larcher)

coproduction confirmée :  Atelier de Paris – CDCN, CDCN, Angers (FR), Le Pacifique-CDCN, Grenoble(FR), Ménagerie de verre, Paris(FR), Mille Plateaux – CCN La Rochelle, La Place de la Danse / CDCN Toulouse (FR)

coproduction en cours Festival d’Automne à Paris, Paris (FR)
soutien confirmé Direction régionale des affaires culturelles d’Île-de-France -
Ministère de la Culture et de la Communication (FR)
 soutien en cours Spedidam, Région Ile-de-France

Ivana Müller chorégraphe, metteure en scène, auteure / Son travail est porté et produit par l’association ORLA. Ivana a une pratique artistique depuis une vingtaine d’années et compte àson répertoire plus d’une vingtaine d’œuvres accueillies dans des théâtres et festivals en France, Europe, États-Unis, et Asie et récompensées par différents prix internationaux. Le travail d’Ivana Müller propose une réflexion autour de questions et sujets philosophiques et socio-politiques, tout en gardant une façon ludique et innovante de s’adresser au public. Elle développe son travail en collaboration avec des artistes chorégraphiques mais aussi avec des chercheurs, écrivains et scientifiques. Pour les années à venir, la compagnie a plusieurs projets en cours de création, composés de différentes activités qui s’alimentent entre elles, se complètent, comme les différentes essences et espèces végétales d’un jardin en permaculture. Recherche, pensée, pratique élargie, transmission et partage seront comme à l’accoutumée le leitmotiv du processus de création dans lequel s’engage ORLA.