logo-mille-plateaux

Windmi Eric Nebie

du 22/04 au 6/05
Sens interdit

Sens interdit
de Windmi Eric Nebie
en résidence du 22 avril au 6 mai à la chapelle Fromentin

travaux publics : vendredi 6 mai à 17h30 — chapelle Fromentin
entrée libre

Sens interdit est une voie dans laquelle la circulation n’est pas autorisée. Dans un sens ou dans l’autre, notre liberté est restreinte. S’invitant dans une réflexion artistique, nos désirs refoulés sont mis en exergue, ce que l’on doit et ce que l’on ne doit pas faire. Il crée une zone de rêve où les interdits sont sublimés questionnant nos appartenances, mérites, choix, droits et devoirs. Un monde sans fin où la passion et le désamour font frontières. Là-bas tout est autorisé et le miel devient facilement amer. Dans cette sphère on s’invente un corps, un espace et un reflet pour donner vie à nos insatisfactions. On propose et on ne vous laisse pas disposer.
Dans cette société d’individualisme arboré d’une tunique communiste, le carnivore broute pour paraitre moins sauvage, l’hyène est déguisée en agneau, le diable en angélique. L’air est lourd, le soleil de l’injustice bat de mille feux sur nos nuques raides. Certains portent dans leur génétique leur carte d’entrée pour le purgatoire. Cela n’émeut guère la cité car l’homme a repris du diable le flambeau.
À travers notre corps en mouvement, nous nous autorisons une restructuration de nos requêtes.
Comment créer un format approprié à nos rêves sans qu’ils ne nous soient kidnappés ? Doit-on les personnaliser ? Toutes ces interrogations me passent par la tête car j’ai peur d’être parmi vous.

Dans ce projet je questionne la mise en forme d’un espace biotope et lui trouve une identité. Une mise en corps et en mouvement de tous ces désirs me ramène plus souvent dans le passé afin d’influencer le présent et pourquoi pas rassurer le futur. Je n’invente rien en réalité, ce ne sont que mes envies que je transcris à travers mon rêve. Je deviens un recycleur car j’essaie de restaurer les faits et leurs donner une autre dimension dans le but de refaire autrement et pourquoi pas modifier notre présent en réparant nos échecs psychiques.

Performance : Windmi Eric Nebie
Son : Deadbeat
Lumière : Yannick Delval
Regards extérieurs : Anne Kerzerho, DD Dorvillier, Pauline Leboulba, Jennifer Lacey, Myrto Katsiki

Coproduction ICI—Centre chorégraphique national Montpellier Occitanie / Direction Christian Rizzo.

Avec le soutien de la DRAC Occitanie ; Mille Plateaux, CCN de La Rochelle ; l’Institut français Visa pour la création.

Biographie de Windmi Eric Nebie
Née en 1988 en Côte d’Ivoire, Windmi Eric Nebie a été formé à l’école de danse Irène Tassembedo, titulaire d’une licence en lettres modernes option art du spectacle à l’université de Ouagadougou, d’un master II en étude chorégraphique, recherche et représentation au centre chorégraphique national de Montpellier en collaboration avec l’université Paul Valery III de Montpellier…
Il a produit deux œuvres chorégraphiques Obscure clarté qui a remporté le deuxième prix régional de Montpellier, dans le concours danse pour mon CROUS.

Il est danseur et interprète dans Koombibissé et Gold ttc d’Irène Tassembedo. Co-chorégraphe avec la compagnie Saregki dans la pièce De là où je suis. Danseur et interprète dans ATEM(Soufle) avec Nadia Beugré (en collaboration avec le théâtre de Darmstadt en Allemagne). Danseur et interprète dans La guerre des pauvres et Débandade d’Olivia Grandville… 
et Danseur et interprète dans Mer plastique de Tidiane N’diaye.

Lauréat du programme « Visas pour la création 2022 » de l’Institut français, en partenariat avec Mille Plateaux, CCN La Rochelle.